pour la  langue et la culture régionales en Alsace et en Moselle germanophone

Fer unsri Zukunft

Bienvenue sur le site du Comité Fédéral

La Révolution et l’Empire

La révolution de l'empire

1789 : Rédaction des cahiers de doléances et élections aux états généraux.

1789 (20 juillet) : Sac de l’hôtel de ville de Strasbourg.

1789 (fin juillet-août) : Grande peur en Alsace (Saint-Amarin, Masevaux, Guebwiller, Sundgau, Vignoble, Forêt, Outre-Forêt).

19 septembre 1789 : sous la pression du député Reubell, des décrets en faveur du sacrifice des privilèges de l'Alsace sont promulgués par le roi.

30 décembre 1789 : le nom "Alsace" disparaît et la province d'Alsace cesse d'exister. Elle sera remplacée par les deux départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin.

14 janvier 1790 : l'Assemblée Nationale constituante décide de la traduction de tous ses décrets dans les diverses langues minoritaires mais les révolutionnaires s'y opposent prétextant que la langue révolutionnaire est le français et que dorénavant tout doit se faire dans cette langue.

1790 (5 février) : Élection de F. de Dietrich à la mairie de Strasbourg.

1790 (12-16 juin) Fête de la Fédération du Rhin à Strasbourg.

30 octobre 1790 : les frontières douanières de l'Alsace sont déplacées des Vosges au Rhin, ce qui oblige l'Alsace à renoncer à ses liens commerciaux avec les autres régions alémaniques et avec l'Allemagne.

1790 (fin décembre) : Début des ventes de biens ecclésiastiques.

1791 : Élection des évêques constitutionnels.

1791 (30 septembre) : Les Juifs alsaciens, citoyens de plein exercice.

25 avril 1792 : la France déclare la guerre à la Prusse et à l'Autriche et donc à l'Europe toute entière. L'an I de la République marque aussi le commencement de la Terreur.

L'Alsace est anxieuse car elle comprend qu'elle va à nouveau être aux premières lignes de la guerre.

septembre-décembre 1793 : les troupes autrichiennes s'emparent de Wissembourg et Haguenau et arrivent à quelques kilomètres de Strasbourg. En entrant en Alsace du Nord, les troupes autrichiennes sont acclamées. Le 27 décembre 1793, l'armée autrichienne, contrainte de se replier devant les troupes françaises, emmène avec elle entre 40 000 et 50 000 Alsaciens. C'est la "grande Fuite". Un habitant sur trois entre Wissembourg et Haguenau a préféré l'exil plutôt que de subir le joug français et la terreur révolutionnaire.

1793 (octobre) : Saint-Just et Lebas représentants en mission.

12 avril 1794 : le Directoire du Bas-Rhin, sous l'impulsion de Saint-Just et Lebas, ordonne l'emploi du français comme seule langue officielle.

1793-1794 : les jacobins pensent à la déportation pour franciser l'Alsace.

Les paysans alsaciens préfèrent se réfugier dans les pays allemands plutôt que de se laisser transplanter en France.

29 décembre 1793 : Saint-Just et Lebas ordonnent que dans chaque commune ou canton soit créée une école gratuite de langue française. Il est précisé que le financement de ces établissements sera effectué sur les fonds provenant de l'emprunt sur les riches.

Les Alsaciens sont donc condamnés à financer eux-même l'éradication de leur langue.

25 octobre 1795 : Suite au peu de succès qu'a rencontrée l'école française (dans le Bas-Rhin, seuls 29 personnes étaient capables d'enseigner en français et dans le Haut-Rhin, il n'y en avait pas plus d'une quarantaine), on autorise à nouveau, mais comme moyen auxiliaire, l'utilisation à l'école de l'idiome du pays c'est-à-dire de l'allemand.

Pour la première fois, une politique globale et méticuleuse venait d'être élaborer pour franciser les Alsaciens et briser définitivement leur héritage culturel et linguistique qui entravait la langue française dans sa prétention à la domination et à l'exclusivisme. La Terreur poussa des milliers d'Alsaciens à émigrer en catastrophe. Ils seront 2 700 émigrés pour le Haut-Rhin et 21 000 pour le Bas-Rhin qui devint le premier département français par le nombre d'émigrés. Les jacobins laissèrent derrière eux une Alsace matériellement, économiquement et moralement à genoux : prisons bondées, économie défaite, peuple traumatisé par le terrorisme jacobin, destruction, églises et monuments publics saccagés... Le fossé séparant l'Alsace de la France à travers les différences des mentalités, des langues, des traditions, des structures sociales, des orientations économiques demeurait toujours aussi profond et ne s'était guère comblé à l'issue de la Révolution, bien au contraire même!

26 octobre 1795 : Directoire

1798 (28 janvier) : Réunion de Mulhouse à la France.

1800 (février) : Intégration du Mont-Terrible au département du Haut-Rhin. (Delemont et Porrentruy)

1801 : Réhabilitation des émigrés alsaciens par Napoléon. Retour de 30 000 d'entre eux.

16 juillet 1801 : Concordat

1802 : Saurine devient le premier évêque concordataire d’Alsace.

1808 : Organisation du culte israélite et mesure contre l’ «usure juive ».

1810-1814 : Lezay-Marnésia, préfet du Bas-Rhin.

1810 : La première école normale de France est créée à Strasbourg.

10 janvier 1811 : Inauguration de l'Académie de Strasbourg.

1812 : Installation de la première machine à vapeur dans une fabrique de Dornach..

1813 (3 décembre) : L’invasion.

Alsace française

L'Alsace française

26 avril 1649 : Le comte d'Harcourt est nommé grand bailli royal de la préfecture de Haguenau et gouverneur de Haute-Alsace. Il oeuvrera secrètement pour faire de l'Alsace une principauté indépendante, mais il échouera.

1655 : Arrivée en Alsace de l’intendant Colbert (de Croissy).

1658 (automne) : Inauguration officielle du Conseil souverain d’Alsace à Ensisheim.

1662 : Mort de Léopold Guillaume, prince-évêque de Strasbourg, remplacé par François Egon de Fürstenberg.

10 janvier 1662 : Le duc de Mazarin fera accepter de force aux députés de la Décapole un serment de fidélité au roi.

avril 1662 : Colmar et Sélestat font annuler le serment coercitif du 10 janvier.

1672 - 1678 : Guerre de Hollande. Louis XIV fait détruire le pont sur le Rhin le 14 octobre 1672 pour couper les communications avec l'Empire. Mais le pont est reconstruit en 1674.

1673 (automne) : Premier voyage de Louis XIV en Alsace, réduction de la Décapole à l’obéissance du roi de France.

1675 (5 janvier) : Victoire de Turenne à Turckheim.

janvier 1677 : La ville de Haguenau est ravagée par les troupes françaises et la population est chassée. Seuls subsistent les couvents et les églises de la ville.

L'ancienne capitale des Hohenstaufen est maintenant totalement détruite. L'armée française détruisit encore bon nombre de villes alsaciennes et de nombreux châteaux.

1679 (5 février) : Traité de Nimègue qui signe la paix entre l'Empire germanique et la France. L'Alsace appartient maintenant à la France sauf la République libre de Strasbourg, les villes de la Décapole et la République helvétique de Mulhouse. Jacques de La Grange, intendant d’Alsace.

septembre 1679 : les villes de la Décapole cèdent et prêtent serment d'obéissance au roi de France.

22 mars 1680 : la Cour du Roi prend un arrêt par lequel tous les territoires d'Alsace sont déclarés propriété du roi.

Dorénavant, l'Alsace ne jouera plus qu'un rôle de bouclier pour la France.

1681 (30 septembre) : Réunion de Strasbourg à la France.

1682 : Mort de François Egon de Furstenberg ; son frère, Guillaume Egon, évêque de Strasbourg.

15 août 1684 :l'Empire signe la trêve de Ratisbonne/Regensburg qui conforte Louis XIV dans la position de maître des territoires alsaciens pour une durée de 20 ans.

31 octobre 1697 : l'empereur se résout tant bien que mal à la réunion de l'Alsace à la FRance, c'est le traité de Ryswick. Le Rhin frontière entre la France et l’Empire.

1698 : Le nouveau "Conseil souverain d'Alsace" siège à Colmar. Outre son statut de capitale administrative, Colmar est maintenant promue capitale judiciaire d'Alsace.

1700 : Le Pelletier de La Houssaye intendant d’Alsace.

1702 : Transfert à Strasbourg de l’université épiscopale de Molsheim.

1704 : Mort de l’évêque Guillaume Egon de Furstenberg, Armand Gaston de Rohan-Soubise lui succède.

1716 : André Silbermann termine les grandes orgues de la cathédrale de Strasbourg.

1718 : Reconstruction de l’hôpital civil de Strasbourg.

1728 : Début de la construction du château de Rohan par R. de Cotte.

1740 : Frédéric II à Strasbourg.

1744 : Les «Pandours » en Alsace. Louis XV à Strasbourg.

1746 : Premières fabriques d’indiennes à Mulhouse.

1753 : Voltaire à Strasbourg.

1768 : Jean-Frédéric Oberlin, pasteur du Ban de la Roche.

1770 : Goethe et Marie-Antoinette à Strasbourg.

1777 : Session de la première assemblée provinciale d’Alsace.

Le Temps des Alsaces

Le Temps des Alsaces

1254 - 1273 : Avec le Grand Interrègne, le territoire alsacien commence à se disloquer et va se morceler en de nombreuses seigneuries.

1262 (8 mars) : Bataille d'Obershausbergen. Les milices strasbourgeoises défont les troupes de l'évêque et mettent ainsi fin à son pouvoir. Strasbourg accède ainsi au statut de ville libre

L'Alsace et plus particulièrement la ville libre de Strasbourg avaient donc trois siècles d'avance sur les institutions françaises qui jusqu'en 1789 demeuraient marqués par la féodalité.

1268 : exécution de Conradin, dernier membre des Hohenstaufen.

1273 : Élection de l'Empire de Rodolphe de Habsbourg. Il crée le grand Bailliage de Haguenau pour administrer les domaines impériaux, veiller aux droits et aux biens de l'Empire en Alsace.

1279 (3 février) : Début de la construction du châteaux du Hohlandsberg par Siegfried de Gundolsheim avec l'autorisation de Holand's Burg.

1331-1360 : Révolution dans les villes qui mettent fin à la domination du patriciat et assurent le pouvoir municipal aux corporations.

1334 : Première charte de serment (Schwoerbrief) à Strasbourg.

1347 : Décapole (Mulhouse, Colmar, Munster, Turckheim, Kaysersberg, Sélestat, Obernai, Rosheim, Haguenau et Wissembourg). Cette alliance a pour objectif : d'assurer la paix publique, d'instaurer une collaboration militaire et politique entre les 10 villes, régler les questions monétaires et juridiques et se protéger des incursions étrangères.

1349 : La peste noire en Alsace. Massacre des Juifs.

Vers 1350 : Colmar, Haguenau et Sélestat donnent le pouvoir aux artisans.

1354 : Acceptation par Charles IV de la ligue des villes impériales (Décapole).

1358 : Les nobles sont expulsés de Colmar.

1365-1375 : Invasion des « Anglais » et des routiers.

1388 : Construction du pont du Rhin à Strasbourg.

Vers 1400 : Les villes de la Décapole gagnent leur souveraineté, frappent leur monnaie, signent des traités, décident des guerres et sont représentées directement à la Diète d'empire par Haguenau ou Colmar.

1415 : Concile de Constance qui lance l’interdit sur la ville de Strasbourg.

1419-1422 : Guerre entre la ville de Strasbourg et la noblesse de Basse-Alsace.

1434 : Invention de l'imprimerie par Gutenberg.

1439 : Début des invasions des Armagnacs et écorcheurs en Alsace. Achèvement de la cathédrale de Strasbourg par Jean Hultz. Début de l’école latine de Sélestat. Gutenberg à Strasbourg.

1445 : Expulsion des nobles de Mulhouse et Bâle.

1460 : J. Mentelin imprime la Bible.

1469-1474 : Les possessions des Habsbourg engagées au duc de Bourgogne.

1478 : Geiler de Kaysersberg nommé prédicateur à Strasbourg.

1493 : Première conspiration du Bundschuh.

1494 : S. Brant publie le Narrenschift

1510-1515 : Mathias Grünenwald réalise le retable d'Issenheim.

1515 : Mulhouse quitte la décapole pour rejoindre les confédérés suisses qui ont une puissance militaire plus importante.

1520 : Début du protestantisme en Alsace.

1524 : La première messe en langue allemande est célébrée dans la cathédrale de Strasbourg. Apparition du psaume en allemand "Kirchenlied".

1525 (avril-mai) : Guerre des Paysans "Bundschuh". En tout, près de 40 000 paysans furent tués lors des Bundschuh.

1528 : Première réunion des Etats d’Alsace.

1529 : Abolition du culte catholique à Strasbourg et à Mulhouse.

1538 : Fondation de la haute école à Strasbourg.

1539-1541 : Calvin à Strasbourg. Il dirigera une paroisse française à Strasbourg. Créé même une école de français et imprimera les premiers livres en langue française.

L'Alsace était alors une terre de tolérance religieuse et linguistique.

1617 : Le collège de Molsheim devient université. Premier jubilé de la Réforme.

1618-1648 : Guerre de Trente Ans, résultat de conflits religieux et de fortes oppositions politiques. Guerre civile allemande à l'origine, elle deviendra petit à petit une guerre européenne avec l'intervention d'autres puissances périphériques.

novembre 1621 : Ernst von Mansfeld assiège Lauterbourg et bientôt toutes les villes de la Décapole.

1621 (14 août) : Inauguration de l’université protestante de Strasbourg.

1622 : L'empereur Friedrich chasse von Mansfeld d'Alsace.

1624 : Ferdinand II expulse les protestants de Haguenau et de Colmar (1628).

1625 : L’archiduc Léopold Guillaume de Habsbourg évêque de Strasbourg.

1629 : Edit de restitution promulgué par l’empereur.

1632 (7 juin) : Traité d’alliance entre Strasbourg et Gustave-Adolphe, roi de Suède. Les Suédois entrent en Alsace afin de propager le protestantisme.

1634 : Premières occupations françaises en Alsace. Défaite des Suédois à Nordlingen. La France entre alors dans l'alliance protestante et "hérite" de tous les territoires alsaciens conquis par les Suédois.

19 mai 1635 : Louis XIII déclare la guerre aux Habsbourg avec l'alliance de l'armée protestante.

Durant la Guerre de 30 ans, l'Alsace perdra plus de 60 % de ses habitants et de ses habitations.

1635 (27 octobre) : Traité de Saint-Germain entre le roi de France et le duc Bernard de Saxe-Weimar.

1648 (24 octobre) : Traités de Westphalie qui marquent la fin des affronts.

A l'issue de ce traité, les Alamans d'Alsace allaient être réduits à la soumission et livrés pour plusieurs siècles à une politique de force et de violence alors que leurs frères de Suisse étaient reconnus solennellement indépendants. La République libre de Strasbourg garde son statut et la ville libre de Mulhouse n'est pas évoquées dans ce traité.

L'Alsace des Staufen

L'Alsace des Staufen

1082-1100 : Otton de Hohenstaufen, évêque de Strasbourg.

1105-1147 : Frédéric le Borgne, duc d'Alsace et de Souabe.

1123 : Fondation de l'abbaye cistercienne de Lucelle.

Vers 1125 : Les Habsbourg acquièrent le titre de landgrave de Haute-Alsace.

Vers 1130-1150 : Rédaction du premier statut municipal de Strasbourg.

1164 : Privilège de Frédéric Barberousse pour la ville de Haguenau.

1205 : Philippe de Souabe accorde sa protection à la ville de Strasbourg.

Vers 1214 : Deuxième statut municipal de Strasbourg.

1217-1237 : Woelfelin, représentant de Frédéric II en Alsace fortifie plusieurs villes avec des enceintes de pierre.

1223 : Fondation des couvents de franciscains de Haguenau et de Strasbourg.

1224 : Fondation du couvent des dominicains à Strasbourg.

L'époque des Hohenstaufen marque le premier âge d'or de l'Alsace et apporte à la région une grande partie de son patrimoine culturel (cathédrales, remparts...). L'arrivée à la tête de l'empire, en 1273, de Rudolf von Habsburg met fin au règne de la dynastie des Hohenstaufen.

Die Sprochmühle à l'Ecomusée d'Alsace